L’aventure itinérante en lamas !

Posted on 27 avril 2011

0



Saviez-vous qu’il était possible de se balader en compagnie de lamas en Haute-Saône ? Du côté du Ballon de Servance, de Belfahy ou de la Planche des Belles Filles, Marie-Dominique Beluche-Riblet propose des randonnées itinérantes d’une demi-journée à plusieurs jours. Direction Plancher-Bas pour tester cette activité avec « Lama Rido ». Convivialité et dépaysement assurés !

 

 Article à retrouver dans le Magazine Pays Comtois Numéro 92 (20 septembre– 20 novembre 2010) 

   

 Commandez ce numéro ainsi que les anciens magazines du Pays Comtois par bon de commande.

Pour tout vous dire, la dernière fois que j’ai pu croiser des lamas sur ma route, c’était lors d’un voyage au Pérou. Retrouver ces animaux, au fin fond de la Haute-Saône, me laissait plutôt perplexe. En tout cas, j’étais bien décidé à en apprendre un peu plus sur ces bêtes là. « Le lama est au cheval, ce que le chat est au chien , par rapport à son indépendance, son esprit un peu hautain et sa fierté », prévient Marie-Dominique. Aujourd’hui, nous allons randonner avec des enfants et des parents du centre d’accueil de Lure. Sans oublier nos compagnons de route : Quinoa, 6 ans, Niko, 8 ans, et Paco, 10 ans. Cous élancés, mâchoires avancées, dentitions débordantes et haleine du matin (mais qui dure toute la journée chez ces animaux là !), nos lamas sont parés pour cette randonnée, aux alentours de la cascade de la Goutte des Saules. Qu’on se le dise, personne -même les plus petits- ne grimpera sur ces animaux. Les bêtes ne servent « qu’à » porter les différents sacs (30 à 50 kilos par bête).

 

 « Quand lama fâché, lui toujours faire ainsi ! »

Marie-Do, ancienne institutrice, sait capter son « auditoire » et nous emmène au Pays des Gnomes. Le long des chemins improvisés -seule « Marie-Do » sait où il faut passer-, les « pierres moussées » et les forêts typiques des paysages sous-vosgiens servent de décor aux histoires qu’elle nous conte. Tout au long de la balade, chacun peut se balader en compagnie de l’un ou l’autre des lamas.  Je saisi alors moi aussi, la corde de l’un d’entre eux, avant de traverser une petit cours d’eau. A l’arrière du « cortège », on ne sait plus très bien qui du lama ou de moi-même aide l’autre à traverser. Il faut dire, c’est vrai, que Paco (au pelage blanc) ne démérite pas, comme ses acolytes, pour grimper dans les chemins rudes et étroits. Dans cette balade, il n’aura pas fallu très longtemps pour que se reconstitue quasiment, devant moi, la scène mythique dans Tintin et le Temple du soleil  (lorsque Haddock se fait cracher dessus par un lama). « En fait, les lamas ne crachent pas sur les gens, mais se crachent dessus pour marquer leur territoire », explique Marie-Dominique. Mais quand il a fallu replacer sur le dos du lama, les sacs qui ne tenaient plus vraiment en équilibre, la petite fontaine de crachats s’est mise aussitôt en route. « Quand lama fâché lui toujours faire ainsi ! ». Comme quoi, le petit Zorrino d’Hergé n’avait pas tout à fait tort !

  

« Du développement durable avant l’heure ! »

«L’aventure démarre aux portes de chez soi », voilà ce qu’a toujours voulu démontrer Marie Dominique. Cette ancienne institutrice à la retraite a été pendant sa carrière, chargée de l’éducation à l’environnement du Territoire de Belfort au Malsaucy. Également accompagnatrice en moyenne montagne, elle a toujours été passionnée par les randonnées itinérantes. Et pour s’évader, pas besoin de partir très loin. « Au départ de chez soi, c’est déjà la découverte et l’aventure , explique-t-elle. Avant qu’on ne parle de décroissance, c’était déjà l’esprit de simplicité volontaire avec une réduction des coûts, la volonté de faire découvrir le patrimoine local, rencontrer les acteurs locaux et contribuer au développement de l’activité économique locale, c’était déjà du développement durable avant l’heure ». La « Marie-Do »- comme on la surnomme – a alors décidé à la retraite, de créer son auto-entreprise pour faire perdurer tout cela. Puisqu’elle propose des balades en lama, le nom de son « entreprise » était donc tout trouvé : « Lama Rido » !

 

 « Les lamas induisent la quiétude ! »

 Si les lamas font aujourd’hui partie intégrante de la vie de Marie-Dominique et de son mari, cela n’a pas toujours été le cas. « Les lamas dans tout ça ? Ca a vraiment été un hasard ! », confie-t-elle. Il faut bien avouer que « l’aventure aux portes de chez soi, ce n’est pas très enthousiasmant ». Ainsi, Quinoa et Niko (les deux lamas que possèdent le couple) sont de vrais « catalyseurs ». Dépaysement assuré donc ! « Ce sont des animaux pacifiques qui ne sont vraiment pas agressifs. Ils induisent la quiétude et j’aime bien cette démarche pour se balader dans la nature. On est vraiment à l’encontre des démarches agressives et consommatrices. Finalement, le lama correspond tout à fait à la philosophie de vie que je peux avoir ». Ecolo ? Oui, « Marie-Do » l’est, presque de A à Z, et elle n’oublie pas de sensibiliser les plus petits comme les plus grands : fours solaires, lecture d’étiquettes de produits pour comprendre les origines alimentaires, recettes de jus maison… Place à l’aventure responsable !

 Infos pratiques : 

Lama-Rido, 79 rue Louis Pasteur, Plancher-Bas. Tél : 03 84 27 95 89 et 06 48 73 59 55.  http://lamarido.voila.net/

 

Texte Simon Daval (presse.sdaval@gmx.fr) – Photos Jean-François Lami (sauf mention contraire)

Publicités