Christophe Maé : du CAP à la gloire !

Posted on 9 octobre 2010

4



Besançon (l’année dernière), première partie de Johnny Hallyday au Stade Bonal (le 3 juin 2009), ou encore la Foire aux Vins de Colmar (en août 2010), Christophe Maé n’en n’est pas à son premier passage dans la région. Fort de son succès, il est toujours attendu par ses fans à Montbéliard et à Strasbourg fin octobre.

Le temps du CAP pâtissier est déjà bien loin ! Même si ses parents tiennent toujours une pâtisserie à Carpentras et profitent de la vague de succès de leur fiston pour commercialiser un fondant chocolat fourré à la crème vanillé, appelé tout simplement le Maé, le vauclusien, lui, ne met plus la main à la pâte depuis bien longtemps. C’est à une autre gourmandise qu’il est en train de goûter depuis quelques années : le succès ! Découvert en 2006 dans la comédie musicale du « Roi Soleil », le méditerranéen a choisi de se lancer dans une aventure en solitaire. Trois albums et deux Victoires de la Musique plus tard, revoilà l’énergique et coloré chanteur-musicien en tournée. Son calendrier de date est rempli à bloc et ces concerts affichent toujours quasiment complet (deux dates à l’Olympia ont été ajouté mi-novembre). Il a su trouver un public qui ne se lasse jamais et qui en redemande.

 

Photographes triés sur le volet et conférence de presse inexistante

On s’attache, le nom de l’un des ces morceaux, pourrait résumer parfaitement l’histoire. Fidèles, ses Maettes le suivent un peu partout. Sur scène, nous l’avions découvert à Sochaux, dans l’antre des Jaune et Bleu où il assurait la première partie de Johnny Hallyday. Et pour tout dire, Christophe Maé avait livré là, une belle première mi-temps. Son entrain et ses prouesses à l’harmonica avait même conquis quelques fans de la rock’n’roll attitude, c’est dire ! Son sentiment sur cette tournée des stades d’été, nous aurions aimé l’avoir, en conférence de presse lors de son passage à la dernière Foire aux Vins de Colmar en août dernier. Sauf que nous l’attendons toujours : sa production Warner Music France n’ayant pas programmé de rencontre avec les journalistes (c’est assez rare lors du festival alsacien) et choisissant même qui, parmi les photographes aurait la possibilité de le photographier lors de ses trois premières chansons. Difficile de savoir si le chanteur lui-même a son mot à dire sur ces directives. Reste que ceux qui l’entourent ont bien compris que l’image de Christophe Maé pouvait rapporter gros.

« C’est le tout qui me plaît »

 En Alsace toujours, il fallait débourser 42 € pour son concert (sans première partie et l’un des plus chers du festival), pourtant la coquille était pleine à craquer d’un public essentiellement féminin. Les fans pouvaient même patienter en dévalisant la boutique souvenirs et s’afficher avec t-shirts, posters et gadgets à l’effigie de leur chanteur préféré. La panoplie de la parfaite maette, à brandir lors du long concert donné ce jour-là ! A la bande du 6/9 qui l’a réveillé début octobre, il déclarait : « Quand j’entends le public chanter mes chansons, c’est fabuleux, c’est un rêve qui se réalise… Je ne m’y habitue pas ». Le chanteur est-il sincère ou surjoue-t-il ? Certains n’hésitent pas à dire que l’artiste a pris la grosse tête avec le succès… Attention, réponse de fan en colère : « prendre la grosse tête, c’est ne plus faire attention à son public. Lui, il aime la scène, il tourne en acoustique, dans de nombreuses villes de France, il nous laisse beaucoup de message par le biais du fan club et en concert, c’est vraiment grandiose, il nous fait participer ! ». « Sa voix, ses chansons, sa façon de danser et d’être, c’est le tout qui me plaît », poursuit Virginie, fan de la première heure, qui en est déjà à son quatrième concert. S’il dérange certains, agace même parfois, Christophe Maé aura toujours quoi qu’il arrive ses « belles demoiselles » à ses pieds. Du CAP à la gloire, voilà l’histoire d’un chanteur qui n’a pas fini de vous en faire voir ! Dingue, dingue, dingue, non ?

 Y aller : Mercredi 27 octobre à l’Axone de Montbéliard et jeudi 28 octobre au Zénith de Strasbourg. www.axone-montbeliard.fr et www.zenith-strasbourg.fr

 Simon Daval

Publicités